En été, on refuse les « clients » dans les prisons françaises…

Ce qu’il s’est passé à Chartres est tout à fait étonnant. Même la Garde des Sceaux, pas très prompte à s’émouvoir des questions de sanction, s’en étonne. C’est dire !

Un officier de police judiciaire s’est vu signifier par le Parquet de Chartres l’ordre de « libérer sans délai » trois malfaiteurs, arrêtés pour exécution de leur peine. Et, ce au prétexte que la « maison d’arrêt de Chartres était pleine ».                                                                        Dans son rapport, le policier fait part de son inquiétude quant « au sentiment d’impunité que peuvent avoir ces délinquants, chevronnés pour la plupart, lorsqu’ils franchissent la porte du commissariat, moins de deux heures après avoir été interpellés ».

On ne peut pas mieux dire. Manuel Valls, jamais en retard d’un communiqué de presse a fait part de « sa surprise ». Et il a fallu qu’elle sente monter la colère, notamment chez les policiers pour que Christiane Taubira commence à s’émouvoir.

Mais où en est-on ?

Quel désastre dans l’esprit des victimes de la délinquance !

Quel désastre dans l’esprit des délinquants que « l’on conviera, désormais, à rejoindre un lieu de détention lorsque des places seront vacantes ».

Quel désastre pour le moral et la motivation des policiers !

Et, malgré ce, je crains qu’il en faille plus pour que l’actuelle Garde des Sceaux revoie sa copie.

 

© Andrea Danti – Fotolia.com