Hommes politiques, Trains Inter cités, Juppé, Fillon et les sifflets

L’écrivain Daniel Pennac, qui fut professeur, répond à une interview.

pennacQuestion : Quel regard portez vous sur les hommes politiques ?

Réponse : « J’aimerais qu’ils manifestent plus de courage (…). Certains, parfois, ont le sens du bien public.

Ceux là me plaisent ».

Eh bien, cher Daniel Pennac, j’espère que nous sommes nombreux à vous plaire car je ne désespère pas de l’idée que nous soyons nombreux à être animés du sens du bien public. Il va vraiment me falloir, un jour, écrire sur ce thème. Je ne crois pas que l’on ait, parfois, ce sens. Je crois qu’on l’a ou qu’on ne l’a pas !

****************************

Il est loin de faire l’unanimité le rapport de notre collègue socialiste Philippe Duron. S’attaquant auModern high speed train problème des trains Inter cités il vise, par souci d’économie, à sacrifier de nombreuses dessertes reliant les villes françaises. Or, comme le relèvent de nombreux maires, renoncer au train, c’est abandonner l’idée d’une France maitrisant à la fois l’aménagement du territoire et ses émissions de gaz à effet de serre. C’est donner un mauvais signal. En un mot, disent les maires (notamment de l’opposition), « nous avons besoin de trains qui relient la France et les Français ». Seront-ils entendus par le Gouvernement ?

*******************************

Alain-Juppe-revenu-21-millionsParis, samedi. Congrès des Républicains. Nous sommes des milliers. Et le programme prévoit 60 interventions en quatre heures trente. Un marathon oratoire ! Au micro, normal, il y a les « bons » et les « autres ». L’ambiance est 5892732-francois-fillon-ou-le-casse-tete-de-france-2demeurée bon enfant jusqu’à ce qu’apparaissent Alain Juppé et François Fillon. Je comprends que l’on puisse aimer ou pas les hommes politiques mais que tous deux puissent être conspués par nos propres troupes me déplait souverainement. A la tribune Nicolas Sarkozy a plaidé pour une « République de la confiance ».

A l’intention des « fauteurs de trouble », il aurait pu rajouter « et de la tolérance ».