La réforme des territoires a des ratées.

Nous devrions examiner le texte sur la réforme territoriale (la nouvelle carte des régions), au cours de cette session extraordinaire qui va nous conduire à siéger jusqu’au 24 juillet.

Mais, le combat que mène le Sénat contre ce texte, a conduit un groupe un peu hétérogène de sénateurs venus de tous horizons politiques à retarder cet examen. Il se trouve que, personnellement, je suis favorable à un                  « renforcement » des régions françaises et que cela doit certainement passer par une redéfinition de leurs contours. Mais, évidemment, ce qui n’est pas convaincant, c’est l’éparpillement des nouvelles dispositions en matière de territoire : redéfinition des cantons après changement des modes de désignation des conseillers généraux, avènement des métropoles, puis réforme tendant, parallèlement à la nouvelle carte des régions, à la disparition des conseils généraux.

Et, au niveau législatif, hésitation entre l’introduction de la proportionnelle ou la diminution très nette du nombre de députés !

Accordez-moi que pour conserver un minimum de cohérence dans la réflexion pour juger de tout cela, il faut de la constance.

Moi, je vais essayer d’ouvrir le débat sur le thème :

« Quelle région voulons-nous ? ».

Ce ne serait pas si mal que la « société civile » s’exprime sur un tel sujet !

 

© Rozol – Fotolia.com