Le troisième plan autisme

 

autismeC’est le troisième « plan autisme » en France que vient de présenter la ministre marseillaise Marie Arlette Carlotti, jeudi dernier. C’est une nécessité tant il y a encore de fossé à combler pour lutter contre ce handicap et ce, malgré les efforts déployés par les plans précédents.

Celui-ci vise deux objectifs principaux : améliorer le diagnostic et l’intervention précoce ; les « centres de ressources autisme » devront jouer là un rôle central dans l’opération de dépistage qui conditionne une prise en charge précoce et intensive.

Second objectif (et c’est sans doute là où notre retard est le plus patent) : proposer aux personnes souffrant d’autisme des dispositifs sanitaires et médico sociaux adaptés, coordonnés, respectueux des « bonnes pratiques » (notamment 700 nouvelles places pour les plus petits en unité maternelle).                                                                                                                                 

  Il faut noter cette volonté de la Ministre. Mais, comme souvent en pareil cas, passée l’annonce, il faut veiller à ce que les moyens suivent. Je crains que le compte n’y soit pas tout à fait. La présidente d’Autisme France ne dit pas autre chose lorsqu’elle déclare : « le financement alloué à ce plan est notoirement insuffisant, notamment en faveur des adultes dont la situation est particulièrement tragique ».

Il faudra bien, un jour, que les uns et les autres nous prenions la juste mesure de ce handicap !

© zuchero – Fotolia.com