Les séismes ne sont plus ce qu’ils étaient !

L’étude en cours dans le cadre du programme SHARE (Seismis Hazard Harmonization in Europe) vient de permettre de dresser les premières cartes harmonisées de l’aléa sismique en Europe.

« L’histoire sismique » en Europe, était importante car on avait l’habitude de prendre cette historicité comme référence pour les mesures de prévention selon les zones concernées. Or, l’étude montre qu’il faut désormais s’attendre à des secousses beaucoup plus fortes que les séismes historiques de référence. Pour preuve, par exemple : le séisme qui a induit la catastrophe de Fukushima a été de 9 sur “l’échelle de Richter” alors que la référence dans cette région du monde était de 7,3.

On se souvient que le dernier séisme meurtrier en France, celui qui concerne d’ailleurs notre région, Lambesc en Juin 1909 a été d’une magnitude de 6,2 sur l’échelle de Richter. Qu’en serait-il aujourd’hui ? Difficile à dire.

Mais sachez que l’étude se poursuit par une seconde phase consistant à étudier des tests de résistance les plus adaptés pour permettre aux installations « critiques » de résister. Cette même étude devra permettre de confronter les méthodes d’évaluation européennes d’évènements extrêmes (séismes, tsunamis, crues…).

Cette nouvelle cartographie à l’échelle de notre continent était devenue indispensable.

C’est un souhait que le COPRNM, dont je préside les travaux, a exprimé de longue date. 

© Onidji – Fotolia.com