Pas d’arrosoir pour les fleurs du tourisme.

Je m’étais engagé à aller offrir un « arrosoir d’honneur » au directeur de l’Office de Salon pour lui permettre d’entretenir les vasques abandonnées devant son Office. Je n’aurai pas à faire l’acquisition de cet arrosoir puisque fort opportunément ( ! ) de belles petites fleurs ont été plantées, redonnant ainsi vie à la « devanture » d’un lieu qui, mieux que d’autres doit être ludique.

Et, en cette année « capitale », mieux que jamais. Si, bien sûr on veut se donner la peine d’accueillir.

Mais bien sûr, je demeurerai attentif à ce que les nouvelles « arrivantes » ne soient pas abandonnées comme le furent les précédentes.

© Yantra – Fotolia.com