Un destin fracassé dans une France mal apaisée

Impossible ici de ne pas évoquer la mort du jeune Clément Méric, cet étudiant brillant et engagé à gauche dont le destin a été fauché dans une bagarre d’une rare violence, la semaine dernière, contre des « ultras » de droite.

Impossible pour le Gouvernement de ne pas réagir et il le fait en étudiant la possibilité de dissoudre ces mouvements ultras, d’inspiration nazie. On peut d’ailleurs douter de l’efficacité de ces mesures si, parallèlement des réponses de fond ne sont pas apportées aux idées que défendent ces groupes aux méthodes violentes.

Se posera d’ailleurs cette  question : faut-il ne dissoudre que les groupes d’extrême droite, sachant que ceux situés à l’extrême gauche, s’ils défendent des idéaux plus nobles, n’en utilisent pas moins des méthodes qui le sont moins ?

Il semblerait  d’ailleurs que ce sont les éléments de gauche qui ont provoqué ceux d’extrême droite avant la tragique bagarre.

C’est dire le climat de violence qui peut régner au sein des nouvelles générations d’engagés politiques.

Que la mort de Clément Méric soit, au moins, l’exemple de ce qu’il faut éviter à tout prix si nous voulons donner corps à cette idée d’une France apaisée

© Николай Григорьев – Fotolia.com