En 2015, devenons ce que nous sommes….

Nous allons pouvoir nous souhaiter une « Bonne Année 2015 ».

Avec vous toutes et vous tous, je le ferai volontiers, respectant l’usage, et le faisant très sincèrement, croyez le bien. Et, comme il n’est pas interdit de rêver, je vous propose d’émettre  ensemble quelques vœux pour la nouvelle année, comme les enfants déposent leurs espoirs de jouets pour le Père Noël.

Nous aimerions bien, par exemple, que la croissance tant attendue revienne. On nous dit que c’est quasi certain pour 2015. Pourvu que ce ne soit une prévision comparable à la baisse du chômage, l’an dernier.

Nous aimerions que les « jeunes des quartiers » cessent de partir faire le Djihad en Syrie. Bon c’est vrai qu’il faudrait aussi penser à leur trouver une espérance de vie, ici.

Nous aimerions beaucoup éviter les affrontements religieux partout dans le monde. Si on pouvait laisser les chrétiens d’Orient en vie . Et si, en France,modestement,  les « talibans de la laïcité » pouvaient laisser les crèches en paix et s’occuper des gens qui souffrent.

Vous savez quoi ? J’aimerais bien aussi qu’on tarisse le flux des françaises et des français qui partent de leur pays dans lequel ils ne croient plus. Je sais, le corollaire, c’est que moins d’étrangers n’entrent en France.

Illustration tragique des vases communicants démographiques. Le FN s’en repaît.

Ce que je vous raconte là, c’est l’espérance d’une société qui doit affronter la mondialisation et qui perd ses repères. Or la bonne vieille formule selon laquelle « pour savoir où l’on va il faut savoir d’où l’on vient » est peut être plus que jamais d’actualité.

Vous avez observé combien nous sommes en permanence en recherche du passé : le moindre anniversaire, le moindre événement à commémorer ? C’est la veille Europe enracinée au cœur des hommes et des femmes « d’après les guerres ».

Mais attention, on ne peut pas vivre que de cela. Les sociétés humaines sont en profonde mutation, presque en révolution. Pacifique pour certains Etats, tragique dans d’autres. Il nous faut nous adapter, nous rajeunir nous mêmes, il faut que nous devenions ce que nous sommes, individuellement et collectivement.

Vous mesurez le chantier ?

Assurer la liberté de vivre et d’entreprendre

Permettre à chacun de travailler

Susciter, sans contraindre, la compréhension entre les religions

Faciliter le « vivre ensemble » comme s’il allait de soi

Eviter que les robotsdont nous ne savons plus nous passerne prennent nos places avant de s’emparer de nos esprits….

Mis bout à bout, nos vœux pour 2015 deviennent une raison de vivre et d’espérer. Je vous les livre.

Non sans vous dire que le plus important c’est que, vous-même, en me lisant, vous sachiez que c’est aussi votre bonheur personnel que je souhaite.

Bonne année, très sincèrement