Destruction des biens culturels par DAESH…

Par Jean Pierre Massué

Membre du Sénat de l’Académie Européenne des Sciences et des Arts,
Membre Fondateur du Centre Universitaire Européen pour les Biens Culturels, Ravello Italie.

Le Député Christian Kert préside aux destinés du COPRNM (Conseil d’Orientation Pour la Prévention des Risques Naturels Majeurs),  dont la mission est de donner des avis et de faire des propositions en matière de prévention des risques naturels à la Ministre de l’Environnement.
Dans sa grande sagesse il a mis en place un Groupe de Travail qui réfléchit aux mesures à prendre pour protéger, conserver, restaurer le patrimoine culturel affecté par les risques naturels et technologiques, ce Groupe de travail étant présidé par Jean Musitelli du Conseil d’ État.
Il n’avait pas été envisagé de considérer les risques majeurs liés à la fureur destructive de groupes incultes et barbares.

Malheureusement c’est ce que nous voyons qui se passe en Irak « terre privilégiée des temples, desDestruction-oeuvres-au-mus-e-Mossoul bâtiments, des sites archéologiques, des pièces archéologiques uniques témoins des civilisations raffinées du passé : « trésor pour l’humanité toute entière »
Le Groupe terroriste Daesh veut anéantir le patrimoine culturel irakien, il a déjà procédé au saccage :
du site de Nimroud,
des ruines antiques vieilles de 4000 ans situées à une trentaine de kilomètres au sud-est de Mossoul, – d’ Hatra : ancienne Cité de 2000 ans inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco

irinaLa Directrice-Générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné la destruction barbare du patrimoine culturel en Irak, où les djihadistes ont détruit de nombreux sites anciens sur les territoires qu’ils contrôlent.
De même, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon a fermement condamné ces destructions aberrantes :
“La destruction délibérée de notre héritage culturel commun constitue un crime de guerre et une attaque contre l’humanité dans son ensemble”,

Mais Quelles sont donc les raisons qui poussent ces ” groupes incultes et barbares à de telles extrémités ?”
1- Selon Malik Chebel ils veulent éradiquer toute forme matérielle de notre civilisation, ils veulent rejeter tout ce qui est antérieur au Coran,
2- Les cultes personnalisés pour les « saints » inhumés dans les Mausolées sont incompatibles avec un Islam où seul le Prophète peut être invoqué,  disent-ils,
3- Mais derrière ces arguments se cache le trafic illicite des biens culturels servant à financer le terrorisme.
Comme le dit le Professeur Max Schvoerer Fondateur du Groupe Européen PACT sur les Sciences et techniques au Service du patrimoine culturel, dans « sa Tribune Libre » dans le journal SUD-OUEST du 11 mars dernier :
« Puisque l’idée de destruction de biens culturels naît dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes qu’il faut inscrire pour les générations futures l’idée de sauvegarder les sources documentaires de l’humanité

Il me semble que :
– d’une part nous devrions convaincre les Gouvernement et les Médias de suivre la proposition de La reine Rania de Jordanie, dont le pays est très impliqué dans la lutte contre l’EI qui propose :
« De débaptiser le groupe “parce qu’il n’a rien d’islamique” et n’est qu’une organisation d’irresponsables cherchant à nous ramener au Moyen Âge… ».
En effet si dans la presse et dans les communications officielles de nos Gouvernements on supprimait le terme « islamique » dans l’intitulé de cette Organisation terroriste cela aurait un grand effet psychologique sur le plan international.
– d’autre part, Monsieur le Président, nous devrions suivre la proposition du Professeur Max Schvoerer en le chargeant de réfléchir à des programmes de formation pour sensibiliser les jeunes générations à l’importance de la connaissance, la protection et la valorisation des « biens culturels » par exemple dans le cadre du Centre Universitaire Européen pour les Biens Culturels de Ravello en Italie dont il est un des piliers.

 

Destruction au musée de Mossoul : geopolis.francetvinfo.fr