De l’usage de la grève

On me sait défenseur de l’audiovisuel public en France.

Il n’en demeure pas moins que je m’étonne de l’usage qui est fait du droit de grève, cette semaine, à Radio France, par les syndicats de techniciens qui paralysent l’antenne de France Inter pour protester contre une  « modification de tableau de service portant sur quatre techniciens » ( ! ) .

Est-ce que par les temps actuels, il n’y a vraiment pas d’autres solutions pour la défense des horaires d’emploi de quatre techniciens que de priver ainsi les auditeurs de leur temps d’antenne ?

D’autant que de façon, certes générale, les conditions de travail à Radio France n’ont jamais été considérées comme particulièrement ingrates.

Nous ne sommes plus au temps de l’ORTF où une grève d’une station ou d’une chaine était vécue comme un drame national. Aujourd’hui on « zappe » et on va écouter les autres. Nos syndicats en ont-ils bien conscience ?