Lançon lui doit beaucoup

Un matin ensoleillé de cérémonie locale, il m’avait confié  : « quelques jours hors de Lançon et j’ai l’impression d’avoir abandonné le village ».

Cette fois ci, Antoine Toran a quitté Lançon. Et c’est pour toujours.  Antoine, c’était l’ami sûr, intransigeant à l’égard des autres comme de lui-même. Sans doute parce qu’il avait été menuisier ( à grande échelle ), il a, toute sa vie, aimé les choses simples, les matériaux nobles, les cœurs enthousiastes.

En un mot il n’aimait pas les « tièdes ». Il ne se sera jamais lassé de sa fonction de maire et eut la grande sagesse d’y mettre un terme avant que cela n’arrive.

Lançon lui doit beaucoup.

Et les Lançonnais le savent bien. Nous perdons un ami et si l’horloge du temps a fait son œuvre, il reste, heureusement, la fidélité à cette amitié.