Les allocations familiales, sujet sensible…

Big familyAprès l’épisode du « mariage pour tous », le Gouvernement prendra t-il le risque de rouvrir le débat sur sa politique familiale ?  Ce risque, il semble l’avoir bien perçu puisqu’après avoir envisagé depuis quelques semaines de diminuer les allocations familiales à partir d’un revenu de 5.000 euros net pour un couple avec deux enfants, voici qu’une autre solution est esquissée : celle de l’abaissement du plafond du quotient familial.

La décision est imminente. Le quotient familial, vous savez ? C’est cette formule qui permet aux parents imposables d’obtenir une réduction d’impôts en fonction du nombre de leurs enfants.

C’est un système de redistribution entre ménages avec et sans enfants.                                                     Toucher aux allocations, c’est viser directement les ménages de catégorie « moyenne » à « moyenne plus ». On pourrait dire « encore » ou « une fois de plus ». Toucher au quotient familial, c’est voir augmenter les impôts de 883.000 foyers fiscaux d’un montant moyen de 555 euros.

Ces foyers fiscaux appartenant, bien entendu, à la même catégorie de population. Enfin, toucher à de nombreuses aides familiales en un temps rapproché, c’est « saper » la confiance des familles en l’avenir. Le sujet est hautement sensible.

Dans l’opposition, nous allons le surveiller « comme le lait sur le feu ».

© pressmaster – Fotolia.com