L’inutile réveil d’une loi

C’est assez consternant : des sénateurs socialistes ont imaginé utile de « réveiller » une loi, vieille de plus de dix ans, votée à l’époque, l’Assemblée Nationale (et pas au Sénat) portant sur la date du 19 mars comme devant être celle commémorant les morts de la Guerre d’Algérie

Bien de l’eau est passée sous les ponts depuis ces dix ans. Et notamment la décision du Président Jacques Chirac d’instituer – dans un souci d’apaisement – une date plus « neutre », celle du 5 décembre pour cette commémoration

Car le 19 mars fait polémique. Si l’une des associations d’Anciens Combattants d’AFN la considère comme souhaitable, tel n’est pas le choix des Rapatriés, des Harkis et de bon nombre d’autres associations qui rappellent qu’au-delà de la date du 19 mars 1962 (les accords d’Evian), bon nombre de nos compatriotes (et de harkis) ont été assassinés ou ont disparus.

Comment les ignorer ? C’est le sens que j’ai donné à ma signature d’un communiqué d’un bon nombre de parlementaires qui trouvent, comme moi, inutile d’aller réveiller les blessures du passé.

Ci-dessous, deux articles du journal la Provence du 25/10/2012 et du 28/10/2012