Une table ronde en totale liberté

Lors de la Soirée des Talents, organisée par le Groupement des Entreprises du Pays d’Aix, soirée au demeurant très réussie (plus de 500 personnes), une Table Ronde rassemblait, autour du journaliste Christian Mallard, quatre personnalités, trois du monde de l’économie et un philosophe.

Ce fut un étrange débat. A une question sur la place des femmes dans la société, le philosophe prit comme référence du retard français le fait que la femme turque a obtenu le droit de vote avant la femme française. Très bien. Mais en ce début de XXI° siècle qu’en est-il de leur condition à l’une et à l’autre ? Oh, presque rien ne les différencie. La Turquie, par exemple est classée 101° sur 109 pays en ce qui concerne les mesures prises en leur faveur. Juste avant  des pays très « avancés » en la matière comme la Tonga, l’Iran, l’Arabie Saoudite, l’Egypte, le Bangladesh et le Yémen ! Mais pour un philosophe cette référence au présent est sans doute trop vulgaire ! 

Quant aux autres intervenants, acteurs économiques, choisis pour l’exemple de leur propre réussite,  ils ne cessèrent de regretter le différentiel  avec « les pays anglo saxons » où, selon eux « tout est bien plus facile ».

Mais alors, comment, ont-ils réussi ? Pas grâce aux banques, ces impies, nous ont-ils assurés radicalement. Nous n’étions pas gagnés par l’optimisme !