“Cartocrise”, écologie humaine et religions, Nomination au CSA

Elle a quelque chose d’un peu tragique, “la Cartocrise”, cette cartographie des festivals et évènements culturels qui ferment ou sont annulés depuis un an. Une carte établie par Emilie Jersol, une cartocrisemédiatrice culturelle au Boulon, près de Valenciennes. D’ailleurs Manuel Valls s’émeut , à retardement, de la situation de la Culture en France, regrettant depuis Cannes « les 6% de baisse des crédits culturels de l’ État, au cours des 2 premières années de la Gauche au pouvoir ». A cette baisse, s’ajoute celle de 3,7 milliards d’euros de dotations budgétaires aux collectivités locales en 2015 qui va renforcer le phénomène de désengagement dans la commande culturelle publique. Pas de quoi pavoiser effectivement. Mais matière à réflexion et propositions pour nous, élus de la droite républicaine, lors des élections régionales. Sur la Cartocrise, il apparait une bonne douzaine de structures concernées en PACA.

***************************

 On pourrait résumer la situation ainsi : les religions se mettent au vert. Vert environnement, vert climat. En effet, dans la perspective de la Conférence sur le climat, à Paris, du 30 novembre au 11 pape francoisdécembre, (195 pays doivent s’y retrouver), les 6 religions de France vont remettre au Président de la République, un texte commun, le 1° juillet. Et le Pape entend publier une « encyclique sur l’écologie humaine » au cours du mois de juin. Je trouve très heureux que les religions puissent ainsi « sortir » du débat sur la laïcité dans lequel on les enferme depuis quelques mois, pour les voir et les entendre se mêler des grands bouleversements de la planète.

****************************

Dans le débat sur la désignation des Présidents de chaines publiques de l’audiovisuel français qui déborde, désormais, le strict cadre des intéressés pour prendre place dans les sujets « de société », je CSAcrois que la toute première erreur de la Majorité, c’est d’avoir confié au CSA la responsabilité de cette désignation. Jadis, c’était au Président de la République de le faire. Contestable ? Peut être  Polémique ? Peut être. Mais au moins le choix était clairement affirmé.

Alors qu’avec la procédure voulue par le CSA, quelles que soient la sincérité des volontés, on a le sentiment d’avoir troqué la clarté pour l’opacité.