Pas d’autre mot qu’indignation….

 Oui je crois qu’il n’y a pas d’autre mot que  l’indignation pour qualifier ce que nous ressentons face à l’insoutenable, cette vidéo de la décapitation d’un journaliste américain dont le bourreau est (peut être) un sujet d’origine britannique.

Le Président Obama a raison de rappeler « qu’aucune religion ne dit de massacrer des innocents » , ajoutant « que l’Etat Islamique n’a pas sa place au XXI° siècle ». Le problème c’est que ces fanatiques ne sont plus – et sans doute depuis longtemps – en mesure d’entendre les propos de raison.

Et qu’à travers de tels actes, ils nous montrent l’extrême fragilité des démocraties, fondées, elles, sur le respect humain.

Car, la  mise en scène – si elle se vérifie – d’un bourreau britannique, est un message direct et brutal de menace à nos démocraties. Ne nous le cachons pas. Face à cela, nos gouvernements doivent prioriser toutes les actions qui amoindriront les recrutements de jeunes djihadistes sur notre territoire.

Car on peut aisément imaginer dans quel état d’esprit et avec quelle formation, ces “ combattants “ reviendront sur nos territoires.

Là, il en va probablement de la survie d’une forme de gouvernance du monde établie sur la liberté et la sécurité.

 

© Oleg_Zabielin – Fotolia.com