Un vrai chantier de société….

Que s’est-il passé en quelques années pour que notre démocratie apparaisse « à bout de souffle », comme incapable de servir encore longtemps de ciment à une société inquiète et qui semble se chercher de nouveaux repères ?

Cette désastreuse première année de l’ère Hollande n’est pas seule en cause.

Certes, en divisant les français sur des sujets aussi essentiels que le mariage et la filiation, ils ont ajouté de l’inquiétude à l’inquiétude.

Mais l’essentiel n’est pas là….

La perte de confiance est ailleurs : le fossé a continué à se creuser entre le peuple et les élus. Le fait d’en être rendu, dans l’urgence, à exiger d’une équipe ministérielle, après le choc de l’affaire Cahuzac, à afficher les revenus de chacun, en dit long sur la piètre image que « le politique » donne de lui-même. Je le regrette vraiment car « les élus » méritent majoritairement mieux que cela.

Je crois que le vrai problème est bien plus vaste. Il est institutionnel. La Constitution de la Vème République a porté ses fruits. Elle assure donc depuis plus de 50 ans, la stabilité de notre régime républicain. Tout au long de ces décennies, au gré des évènements, elle a été retravaillée, amendée. Ainsi, avouons-le, en « ramenant » le septennat à un quinquennat, en « accouplant » ainsi les élections présidentielles et législatives, en laissant s’affadir le rôle du Premier Ministre auprès du Président de la République, on a assisté à une sorte de mutation de notre Constitution.

C’est surement là, le sort réservé à toutes les œuvres humaines.

Désormais, un temps  de pause et de propositions est indispensable. La société a beaucoup changé. Que ne l’avons-nous entendu lors du débat sur le mariage gay !!!  Et, si la Société a beaucoup changé, les règles qui la régissent ne peuvent pas en rester là.

Je ne prône pas la « Révolution Institutionnelle », je ne prône pas « une autre République ».

Je pense seulement qu’un grand chantier de modernisation est devenu indispensable : ainsi en va-t-il de l’adaptation du cumul des mandats et des rémunérations, de la nouvelle hiérarchie des collectivités territoriales : simplifiée et plus économique, de la réforme de l’ensemble de la fiscalité (ne plus pouvoir augmenter jusqu’à plus soif, les impôts et les taxes)..

Faire évoluer une société humaine vers plus d’égalité et de justice, c’est quand même bien notre responsabilité d’élus… A nous d’être à la hauteur…

Ça nous changera utilement du comptage des services à café de nos Ministres !!!